Soudure Semi-Auto : la différence entre MIG et MAG.
Soudure semi auto: les différences entre MIG et MAG
Juin 14, 2023

Vous avez déjà surement tous entendu parler de la soudure semi-automatique communément appelé soudure MIG-MAG. Il est difficile autant pour les amateurs que les professionnels de donner une définition de ce procédé de soudage. Elles possèdent de réelles différences que ce soit dans l’application, les matériaux et la façon de souder. Nous allons voir à travers cet article les différences dans la soudure au semi-automatique pour vous accompagner dans vos projets.

La soudure semi-automatique c’est quoi ?

La soudure MIG (Metal Inert Gas) et MAG (Metal Active Gas) sont souvent appelées « soudure semi-automatique » en raison de la nature du processus de soudage. Bien que le terme « semi-automatique » puisse prêter à confusion, il est utilisé pour distinguer ces procédés de la soudure manuelle traditionnelle.

Dans la soudure MIG MAG, le fil d’électrode continu est alimenté automatiquement à travers une torche de soudage. Ce fil d’électrode sert à la fois de matériau d’apport et d’électrode pour créer l’arc électrique nécessaire à la fusion des métaux. Le courant électrique est fourni par une source d’alimentation qui contrôle également le débit des gaz de protection.

Bien que l’alimentation automatique du fil facilite le processus de soudage, il nécessite toujours l’intervention manuelle de l’opérateur pour diriger la torche et maintenir la distance adéquate entre le bain de fusion et la pièce à souder. Par conséquent, on utilise le terme « semi-automatique » pour décrire cette combinaison de contrôle manuel et d’alimentation automatique du fil.

Pourquoi choisir la soudure semi-auto ?

Il est avant tout l’un des procédés les plus rapides avec un dépôt de métal d’apport important.

Utilisé dans les applications assez épaisses comme les ouvrages d’arts, fabrication d’engins de TP, charpentes métalliques, bennes, navale… il a aussi une place pour la carrosserie et de plus en plus utilisé chez les particuliers.

Que ce soit au MIG ou au MAG, l’émission de fumées de soudage est importante avec la soudure au semi-automatique. Bien penser à être dans un environnement de travail sécurisé avec un système d’aspiration adapté.

Qu’est-ce que la soudure MIG sur poste à souder semi-automatique ?

La soudure MIG (Metal Inert Gas) est une technique de soudage qui utilise un gaz inerte, généralement de l’argon, pour protéger le métal fondu de l’oxydation. La soudure MIG est souvent utilisée dans la fabrication de carrosseries de voitures type châssis aluminium et d’autres applications nécessitant une soudure légère. Pendant ce processus, un gaz inerte est libéré de la torche pour protéger le bain de fusion contre l’oxydation.

 

En quoi consiste le procédé de soudage MAG sur poste à souder semi-automatique ?

La soudure MAG (Metal Active Gas) est similaire à la soudure MIG, mais utilise un gaz actif, comme le dioxyde de carbone, oxygène ou un mélange de gaz hydrogéné, pour protéger (entre autres) le bain de fusion contre l’oxydation. La soudure MAG est souvent utilisée pour des applications telles que la fabrication de charpentes métalliques, de tuyauterie et de réservoirs. Le gaz est libéré de la torche pour protéger le bain de fusion contre l’oxydation et le gaz actif rend la pénétration plus importante.

Les différences entre la soudure MIG et la soudure MAG

Maintenant que nous avons une meilleure compréhension de ce que signifie le soudage semi-automatique, il est essentiel d’explorer les nombreuses différences qui existent entre le MIG et le MAG.

Les gaz utilisés dans la soudure semi-auto

La principale différence entre la soudure MIG et la soudure MAG est le type de gaz utilisé pour protéger le bain de fusion contre l’oxydation. La soudure MIG utilise un gaz inerte, comme l’argon et/ou l’hélium tandis que la soudure MAG utilise un gaz actif, comme le dioxyde de carbone oxygène ou un mélange de gaz hydrogéné.

Une différence d’applications entre le MIG et le MAG

Attention à ne pas confondre, le MIG utilisant du gaz inerte sert principalement à souder les aluminiums et les cuivres tandis que le MAG lui est utilisé pour les aciers, inox et autres alliages.

Pour la petite histoire, vous l’avez peut-être remarqué en passant devant les vitrines des agences d’intérim, il n’est pas rare d’y trouver des offres d’emploi pour des soudeurs MIG.

Cependant, si l’on plonge plus attentivement dans le détail des missions et des responsabilités associées à ces postes de soudeurs MIG, une confusion étrange se dessine. Les recruteurs semblent en réalité à la recherche de soudeurs spécialisés dans le soudage de l’acier, autrement dit des soudeurs MAG.

Il fut un temps où cette confusion était monnaie courante. Les recruteurs et même les candidats se trompaient fréquemment dans les terminologies liées au soudage MIG et MAG. Mais rassurez-vous, les temps ont évolué et cette confusion s’estompe peu à peu.

Il est important de prêter attention aux pièges dans l’intitulé des postes à souder semi-automatique. On retrouve dans le nom du poste le mot MIG à tout va :

  • MIG PRO
  • MIG 200
  • SMARTMIG
  • EasyMIG

On remarque bien l’appellation MIG dans le nom mais ce sont des générateurs MAG sur lequel il est impossible de souder de l’alu sans rajouter des accessoires.

Des disparités présentes dans les coûts

Le coût est également un facteur important à considérer dans la soudure semi-auto.

Le soudage MIG peut être une tâche ardue pour les particuliers qui souhaitent s’attaquer à ce projet sans faire exploser leur budget. En effet, cette technique requiert des courants assez puissants, l’utilisation d’accessoires supplémentaires tels que des gaines, des galets, du gaz argon et même la capacité de travailler avec un courant pulsé.

De plus, il est impératif de bien maîtriser les réglages précis afin d’obtenir des soudures de qualité.

Mais ce n’est pas tout, il est également essentiel de posséder une connaissance approfondie de la fusion des aluminiums, un processus qui peut s’avérer complexe. En somme, le soudage MIG en utilisant une alimentation de 220V présente de nombreux défis pour les amateurs et nécessite une solide expertise technique ainsi qu’un investissement supplémentaire pour obtenir des résultats optimaux.

POUR CONCLURE :

En conclusion, la soudure MIG et la soudure MAG sur des postes à souder semi-auto sont deux techniques de soudage populaires qui ont des différences importantes. La situation évolue de plus en plus avec une meilleure connaissance sur ce procédé de soudage mais on remarque tout de même des zones d’ombres autour du soudage semi-auto.

Vous aimerez aussi :

HL045 : Réussir sa Qualification

HL045 : Réussir sa Qualification

Passer sa HL045 monopasse Vous être en train de préparer, ou de vous former en ce moment même à passer une qualification de soudage type HL045, vous êtes au bon endroit. Nous allons voir ensemble en détail tous les gestes, conseils à appliquer lors de sa qualification...

Soudure échappement inox : Le guide utile

Soudure échappement inox : Le guide utile

Les lignes d’échappements avec une belle couleur, une passion pour l’automobile, plusieurs éléments qui donneraient envie d’apprendre la soudure d’échappement en inox. Si vous cherchez à changer de carrière ou tout simplement en connaître plus pour bricoler vous-même...

La Zone affectée thermiquement ou ZAT en soudure

La Zone affectée thermiquement ou ZAT en soudure

Qu’est-ce que la Zone Affectée Thermiquement (ZAT) en soudure ?   La Zone Affectée Thermiquement (ZAT) est une région dans un matériau qui a subi une forme de traitement thermique, telle que le soudage, le brasage ou le micro-soudage. Au cours de ces processus,...